En quoi le manuel scolaire en tant qu’outil va-t-il contribuer dans le cadre d’une réforme complexe ?

Depuis plus de 100 ans, les éditions Nathan ont su s’adapter et accompagner les acteurs de l’éducation dans les différentes réformes déployées au fil des ans. Aujourd’hui, un nouveau défi se dessine : les guider dans la mise en œuvre de la réforme 2016. Nous avons rencontré Stéphane Derlet, Directeur commercial des éditions Nathan

  1. Quels sont les enjeux de la réforme par rapport au manuel scolaire ?
    Le manuel scolaire prend toute son importance notamment dans le cadre d’une réforme : c’est le garant du respect des nouveaux programmes scolaires. C’est un outil qui accompagne l’enseignant dans son organisation au quotidien. Nos manuels scolaires sont écrits pour des enseignant, par des enseignants en activité sensibilisés aux problématiques, et confrontant leurs avis pédagogiques, selon leurs disciplines. Le travail collectif de ces auteurs-praticiens, amène des valeurs et des savoir-faire uniques pour la construction d’un manuel scolaire tout en ayant leurs partis pris pédagogiques sur la réforme.
  1. Dans le cadre de cette réforme, en quoi le manuel scolaire va-t-il être un outil puissant ?
    Le manuel est un outil qui a une véritable raison d’être. Lorsqu’une réforme couvre tous les niveaux pour un champ disciplinaire, comme c’est le cas cette année, le manuel va accompagner les enseignants, et les aider à débroussailler toutes les informations récoltées.
  1. Selon vous, le manuel scolaire sera-t-il un réel appui dans l’établissement de la réforme ?
    Oui et définitivement, il va être un appui pour l’ensemble des acteurs :
    – pour l’enseignant au quotidien, puisque le manuel est conçu pour être leur outil principal d’enseignement en classe.
    – pour les parents, qui peuvent accompagner leur enfant dans sa scolarité, et surtout dans les années « collège » qui sont décisives dans leur apprentissage.
    – pour les élèves, car les manuels sont adaptés à leurs âges et niveaux.
    Sur ce chemin sinueux de la réforme des collèges, le manuel scolaire va servir de guide pour tous : tous auront leurs alliés numériques pour l’élève et l’enseignant, sous format enrichi et interactif.
  1. Pensez-vous que les établissements auront un budget conséquent pour acheter leurs manuels scolaires pour la rentrée 2016 ?
    Cette réforme s’est construite en concertation avec le ministère, les éditeurs travaillent sur des manuels concrets à la portée des établissements. L’acquisition de nouveaux manuels sera échelonnée sur deux années en fonction des disciplines :
    – à la rentrée 2016, tous les élèves recevront de nouveaux manuels de français, mathématiques et histoire-géographie. Les élèves de 5e auront également un nouveau manuel de LV2 et les élèves de 6e un nouveau manuel de sciences.
    – les autres manuels seront fournis à la rentrée 2017.

L’achat de ces manuels représente un coût total de 134,7 M€ à la rentrée 2016, soit un nombre de 3 à 4 manuels par élève selon le niveau. Au total, avec les crédits alloués au programme 139 «  Enseignement privé du premier et du second degré » (pour un montant de 15,3 M€), l’effort de l’État en faveur du renouvellement des manuels scolaires s’élèvera à 150 M€. Pour la rentrée 2016, cet effort important représente (dans les collèges publics) une dotation par élève de 54,30€ (pour mémoire, en 2015 cette dotation par élève n’était que de 7,54€). Le même effort sera reconduit en 2017, comme l’a annoncé la Ministre de l’Education lors de la discussion du Projet de Loi de Finances 2016

  1. Cette année est tout-à-fait particulière pour vous… Quels sont les défis pour la rentrée 2016 ?

    Notre travail a commencé dès le printemps 2015, à partir des consultations des enseignants sur les nouveaux programmes : c’est une base essentielle pour construire les manuels. Bien entendu c’est un travail de longue haleine complexifié cette année par le fait d’avoir quatre niveaux en même temps pour chaque discipline. A ce titre, nous avons déployé un plan spécial en étoffant nos équipes d’auteurs et d’éditeurs pour préparer des ouvrages complets, irréprochables et conformes aux nouveaux programmes. Les ouvrages publiés pour la rentrée 2016 sont définitifs et ne feront pas l’objet de réédition en 2017. Nous avons dû faire un choix éditorial en sélectionnant les disciplines prioritaires, concernées par l’année budgétaire, les autres manuels -qui ne changeront qu’en 2017- seront édités dans un second temps.
  1. Quelle est la dynamique globale du manuel numérique par rapport à la réforme précédente ?
    L’appel à projets « collèges numériques et innovation pédagogique » a mobilisé plusieurs collèges (dont vous trouverez la liste ici). Fort de cet engouement, il a été relancé jusqu’au 31 mars (lien). Le numérique semble gagner du terrain, et nous aurons des propositions numériques à la fois pour les manuels scolaires mais également des outils pour gérer une classe de façon interactive. Les avis diffèrent selon la liberté pédagogique des enseignants :
    – Certains vont préférer le papier et avoir du numérique en classe
    – D’autres vont vouloir partager numérique et papier
    – Et enfin les adeptes du 100% numérique – mais dans ce cas, il est incontournable que chaque élève dispose d’une tablette numérique.
    Nous sommes prêts pour toutes les configurations en terme de produit, à travers les différentes propositions éditoriales qui vont du manuel à la plateforme complète Viascola.

N.D.L.R : l’ensemble de ces ressources numériques peut être trouvé, comparé et commandé sur le site LDE.

Enregistrer

Publié le Posté le

1 pensée sur “En quoi le manuel scolaire en tant qu’outil va-t-il contribuer dans le cadre d’une réforme complexe ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *